Restez informé sur le Club
Smart City

Citoyenneté

De l’intelligence des citoyens naitra la ville de demain

Les citoyens sont de plus en plus nombreux à souhaiter participer activement aux débats qui concernent l’aménagement du territoire sur lequel ils vivent, apporter leur pierre à l’édifice, en amont des prises de décision des élus locaux. S’il est préférable de placer le citoyen au cœur des enjeux, comment l’associer et faire en sorte qu’il se sente intégré dans la démarche de construction de la ville ?

Le concept de ville ingénieuse, créative, où il fait bon vivre s’installe dans un nombre croissant des villes et grandes métropoles. Pour réussir, ce modèle ; susceptible d’apporter des réponses le plus souvent économiques, sociales et sécuritaires aux élus locaux ; doit aussi apporter des réponses constructives aux principaux intéressés : les habitants des villes.

Pour que la ville fonctionne de manière harmonieuse et faire en sorte que chacun s’y sente bien, il faut impérativement faire évoluer notre modèle démocratique qui passe par l’élection de citoyens habilités à prendre des décisions au nom du reste de la population. Des citoyens volontaires doivent accompagner ces élus dans leur démarche sans attendre qu’ils trébuchent. La ville est l’affaire de tous, pas simplement d’un groupe restreint. Il est donc important de favoriser la mise en place de plateformes technologiques (Civic Tech) sur lesquelles chacun peut avancer des solutions à son niveau, dans un esprit constructif, sans attendre que les élus les proposent. Les élus auront alors à utiliser les propositions les plus pertinentes en cédant une parcelle de pouvoir.

citoyenneté

La gouvernance d’une ville ne peut plus être l’apanage de quelques-uns : elle doit se partager et pas seulement pour avancer des idées, mais pour que chacun s’implique et comprenne le fonctionnement des politiques publiques. C’est ce qui permet de donner tout son sens au mot collectivité.

Pour répondre aux défis qu’impose la ville de demain, ses principaux acteurs (élus, urbanistes, entreprises) développent des technologies avancées dans le but de collecter toujours plus de données, d’améliorer les réseaux de communications et de partager les informations. Leur objectif est actuellement pour beaucoup d’aller toujours plus vite, plus haut, plus fort, tout en étant à la pointe de la technologie, comme si nos vies en dépendaient. La qualité de vie à laquelle chacun aspire ne doit pas être associé à la vitesse et à l’efficacité, mais plutôt au pragmatisme des réalisations.

Pour cela, il faut peut-être ne plus associer le planning de l’aménagement de la ville intelligente à la mandature des élus, mais plutôt sur des projets soutenus par les citoyens usagers. Ces derniers seront ainsi poursuivis dans le temps, quelque que soit la municipalité en place. Sans changer le fonctionnement de notre démocratie, sans sortir du cadre règlementaire, il faut imaginer de nouvelles règles afin que chaque citoyen, qu’il soit élu ou non, puisse ressentir ce qu’il apporte à la construction de l’édifice, plutôt que la subir et la contester ensuite.

Associer les citoyens c’est aussi rendre la vie politique plus transparente : chaque citoyen restant un représentant du peuple, potentiel, qui a besoin de savoir – plutôt que d’apprendre par des moyens détournés.

Si mettre le citoyen au cœur des politiques des villes intelligentes reste un défi, et si la technologie permet d’accéder de manière instantanée, grâce à Internet, à une multitude de données, il reste que personne n’a vraiment chercher à améliorer l’expérience des usagers, pourtant utile pour faire avancer de manière pérenne les projets dans le cadre d’une véritable « démocratie participative ». Dans tous les cas une ville intelligente ne doit pas se mesurer au volume des innovations technologiques qu’elle a mis en place sur son territoire : cette dernière sera évaluée sur le bien-être et l’implication de ses habitants.

Je suis intéressé !

Organisé avec l’aide de
Partenaires Platinium

Avec la participation
et le soutien de :